Mona Babin«On ne peut admirer longuement que ce qu'on admire sans savoir pourquoi.» Jean Rostand

Ça fait plus de 30 ans que je demeure à Markham, en Ontario.  J’ai toujours su que je voulais vivre dans la grande région de Toronto.  Ceci étant dit, mes sources seront toujours les mêmes : à Orléans, ma ville natale, banlieue de la ville d’Ottawa.  C’est là que j’ai grandi, où j’ai appris mes premiers mots et où j’ai commencé à m’épanouir.  J’y ai fait mes études à l’école élémentaire, secondaire et universitaire.  Ça fait longtemps, mais certains souvenirs ne s’oublient pas.

Eh que les ‘grands’ m’impressionnaient au palier secondaire!  Ils avaient des expériences de vie que je n’avais pas encore eu la chance d’obtenir.  L’année passée, j’ai justement lu un article au sujet d’une de ces personnes.  Je lui ai envoyé un petit message pour la féliciter, en espérant secrètement que nos chemins allaient se croiser bientôt.  Un an plus tard, son nom a fait manchette encore une fois.  Mais là, la chance était de mon côté car j’avais un truc dans mon sac.  C’est de là que revient mon entretien avec l’auteure Andrée Poulin.

« Depuis que je suis au niveau primaire, j’ai toujours voulu écrire. »  Elle a fait plusieurs détours dans sa carrière, incluant une période comme journaliste et une comme fonctionnaire à l'Agence canadienne de développement international, mais gardait le côté auteure parmi ses passions.  Aujourd’hui, elle a, à son répertoire, plusieurs œuvres, dont 20 albums jeunesse et 13 romans jeunesse.  Ses livres ont été publiées par plusieurs maisons d’édition, dont Bayard Canada, l’éditeur de son tout récent roman, La plus grosse poutine du monde.  Son vécu lui suscite à développer ses histoires.  Mère de deux filles adoptées de la Chine, c’est de ça qu’elle s’est inspirée pour écrire Ping Pong contre Tête de Navet, l’histoire d’une jeune fille adoptée de la Chine.  Andrée a quelques personnages récurrents, dont Ping et Babette.

Son site web, est un moyen de communication facile et rapide puisqu’il est créé avec habileté.  Vous avez trois façons de découvrir ses livres : en cliquant sur la couverture, vous pouvez obtenir une description, lire la première page ou encore, quel ajout génial, faire un tour dans l’imagination de l’auteure en cliquant sur La naissance de… Vous voulez du matériel pédagogique?  Là, vous en avez de la chance.  Il y a deux sources qui pourraient vous aider.  Sous le Coin des enseignants, vous avez accès à des matériaux gratuits pour plusieurs livres.  Les activités sont adaptées selon le niveau d'âge.  Dans « Mon Papa ne pleure pas », il y a 6 pages d’activités pour le niveau 1ère et 2ième années, incluant des questions comme : « Pourquoi Xavier pleure-t-il après sa partie de hockey? Vous pouvez également réserver l’auteure si vous voulez faire un atelier.  Je vous invite d’y aller faire un tour au www.andreepoulin.ca.

« Mes expériences ont nourrit l’écriture. »  Sa patience a porté fruit.  Depuis 1981, Andrée a reçu plusieurs prix, dont la Bourse Tiers-Monde la Fédération professionnelle des journalistes du Québec, le prix littéraire Le Droit, le prix des abonnés du Réseau des bibliothèques de la Ville de Québec.  Mais c’est en 2014 qu’elle reçue sa plus grande reconnaissance à date, soit celle du prix TD de littérature jeunesse pour l’enfance et la jeunesse pour son livre La plus grosse poutine du monde.  Cette œuvre littéraire est l’histoire de Thomas qui, l’été de ses quatorze ans, s’engage dans cet ambitieux projet pour combler le vide laissé par la disparation de sa mère.  Le prix : 30 000$, le montant le plus important pour les auteurs littéraires jeunesse.

Andrée est née à Orléans et habite maintenant à Gatineau.  Qu’est-ce que le futur lui réserve?  Avec cette toute dernière reconnaissance financière, c’est chose certaine qu’Andrée pourra dédier plus de temps à sa passion, en prenant moins de contrat et faisant plus d’écriture!  Quant à moi, j’espère que cet entretien sera le premier…  j’espère bien qu’Andrée pourra revenir à Toronto comme invité de LaVaLab at http://www.lavalab.ca/artist/277!

Je vous invite à visiter son profil sur LaVaLab.

Mona Babin
Éditrice et développeur de contenu français
français@lavalab.ca


LaVaLab Editorials

  • Le livre, objet indispensable de l'été Le livre, objet indispensable de l'été Learn More
  • Gabriel Osson, artiste francophone Gabriel Osson, artiste francophone Learn More
  • MOSAIQUE, pour le plus grand plaisir des lecteurs francophones MOSAIQUE, pour le plus grand plaisir des lecteurs francophones Learn More
  • L'influence des écrivains afro-canadiens dans la littérature et la L'influence des écrivains afro-canadiens dans la littérature et la Learn More
  • Résolutions littéraires en 2016 ... Résolutions littéraires en 2016 ... Learn More
  • Pourquoi pas un livre? Pourquoi pas un livre? Learn More
  • Reading, A Way To Remember Read, a way to commemorate and remember the wars that were fought. Learn More
  • La lecture, une façon de se souvenir Lire, une façon de se souvenir. Learn More
  • "La mort", thème récurrent dans la littérature "La mort", thème récurrent dans la littérature. Learn More
  • Giles Blunt: IFOA MARKHAM Interview Two-time winner of the Arthur Ellis Award for Best Novel and a recipient of the British Crime Writers’Macallan Silver Dagger. Learn More
  • Entering A Poem Bench & Books - Make it come to life. Learn More
  • Transition de l’été à l’automne : une rentrée littéraire foisonnante Passage de l'été à l'autome : une rentrée littéraire foisonnante ! Learn More
Visual Arts Literary Arts Explore LaVaLab Sign Up for Updates

Enter your email address and full name to receive updates.

Copyright 2014 LaVaLab. All rights reserved. Design by XI Digital