La lecture, une façon de se souvenir

Par Marie Martel, Éditrice du contenu francophone, Lavalab

Dès le 1er novembre, le coquelicot orne les chemises, manteaux des canadiens et canadiennes. Tout le monde est déjà dans une période de commémoration et dans le souvenir des hommes et femmes qui ont combattu pour notre liberté. Assister aux cérémonies du jour du Souvenir le 11 novembre est une façon bien connue de rendre hommage aux hommes et aux femmes qui ont servi le Canada en temps de guerre. Il y a bien d'autres façons de se souvenir, à tout autre moment de l'année, des exploits et des sacrifices des plus d'un million et demi de Canadiens et Canadiennes qui ont servi, et qui continuent de servir, notre pays, ici et à l'étranger, ainsi que des quelque 118 000 hommes et femmes qui ont donné leur vie afin que nous puissions, aujourd'hui, vivre dans la paix et la liberté. Se recueillir et s’assurer de ne jamais oublier ces personnes est une façon de leur dire « merci ».

 

Dans les écoles, le 11 novembre est célébré. Mais que représente pour nos jeunes générations le jour du souvenir, quels sont les livres traitant des guerres d’hier et d’aujourd’hui qui les ont marqués ? Ce sont les questions que j’ai posées à une classe de 11éme année de l’école secondaire catholique Renaissance à Aurora.

 

Pour tous ces jeunes, le 11 novembre est une journée « de commémoration des soldats morts à la guerre », « il est important de les remercier pour leur travail et prendre le temps de se souvenir de ceux et celles qui ont décidé pour nous ». La transmission des périodes sombres de notre histoire à nos jeunes générations est primordiale pour comprendre notre passé et bâtir leur futur.

 

Cette transmission et le souvenir se font de différentes manières et la lecture d’oeuvres traitant du sujet de la guerre en fait partie. Que ce soit un roman, un poème ou même les paroles d’une chanson, chaque oeuvre touche, fait réfléchir et fait grandir. Ces oeuvres sont indispensables en ce sens qu’elles sont porteuses de drame mais surtout de courage et d’espoir. Voici donc la liste des oeuvres sélectionnées par nos élèves de 11ème année que j’ai complétée avec des oeuvres qui me semblent incontournables.

 

OEuvres traitant de la 1ère guerre mondiale:

 

Le journal d’Adèle de Paul du Bouchet : Adèle rêve de devenir institutrice et d’un monde meilleur. En juillet 1914, elle entame le journal intime qu’elle a reçu de Noel.

 

 

 

 

 

 

Cheval de guerre de Michael Morpugo : Joey le cheval de ferme, devenu cheval de guerre, en 1914, nous raconte son histoire, avec simplicité. Témoin de la Grande Guerre, il va vivre l'horreur des combats auprès des Britanniques, des Allemands, ou du côté des Français. Pour lui, les soldats, les paysans, les officiers, les vétérinaires ne sont pas des ennemis, mais des hommes, chez qui il rencontre la bonté comme la méchanceté. Joey partage leurs souffrances et leurs peurs, et sait leur redonner de l'espoir.

 

 

 

 

 

Soldat Peaceful de Michael Morpugo : C'est l'histoire d'une famille anglaise dont les trois enfants vivent paisiblement à la campagne jusqu'à ce que la guerre éclate. Les deux aînés partent à la guerre où ils découvrent les conditions inhumaines des tranchées. Charlie, l'ainé, désobéit aux ordres d'un sergent pour rester auprès de son frère Tommo qui est blessé. Pour cette désobéissance Charlie sera fusillé.

 

 

 

 

 

OEuvres traitant de la 2ème guerre mondiale:

 

Le journal d’Anne Frank: livre composé du journal tenu par Anne Frank, une jeune fille juive allemande exilée aux Pays-Bas, lorsqu'elle se cache à Amsterdam, pendant deux ans, avec sa famille et quatre amis, au cours de l'occupation des Pays-Bas par l’Allemagne nazie. Anne Frank a reçu son journal le 12 juin 1942, et commence à l'écrire le jour même.

 

 

 

 

 

 

La voleuse de livres de Markus Zusak : ce roman narre le destin tragique de Liesel Meminger, une fillette allemande pendant la 2ème guerre mondiale. Ce livre défend les valeurs contre la barbarie comme l’humanité, les liens familiaux, l’amitié.

 

 

 

 

 

 

Le cercle littéraire des amateurs d’épluchure de patates de Mary Ann Shaffer: Ce premier roman, écrit par l'Américaine Mary Ann Shaffer et sa nièce, se présente comme un carnet de correspondance entre Juliet, jeune auteure londonienne pendant la Seconde Guerre mondiale, et les membres d'un cercle de lecture de l'île de Guernesey.

 

 

 

 

 

 

L’enfant de Chindler de Léon Leyson: Témoignage émouvant sur le sauvetage de Schindler, sur la réalité des Juifs et sur la Deuxième Guerre mondiale en elle-même, l’Enfant de Schindler est aussi écrit de façon à être accessible à tous, permettant ainsi à un large public de le découvrir.

 

 

 

 

 

 

 

Oeuvres traitant des guerres plus récentes:

 

Les Cerfs-volants de Kaboul de Khaled Hosseini: histoire d’Amir et Hassan, deux amis, vivant à Kaboul qui font voler des cerfs-volants. Amir, après avoir trahi Hassan, quitte l’Afghanistan avec son père et refait sa vie en Californie. Vingt ans plus tard, il revient dans son pays, marqué par les talibans.

 

 

 

 

 

 

Nos faces cachées de Amy Harmon: Nos faces cachées est l’histoire de cinq amis qui partent à la guerre et d’une petite communauté qui pleure ses fils. C’est l’histoire d’amour d’une jeune fille pour un soldat brisé. C’est aussi l’histoire d’une amitié profonde et inspirante où les héros ne sont pas toujours ceux qui prennent les armes. Ce livre explore avec finesse les thèmes de l’amitié, l’identité, de la rédemption.

 

 

 

 

 

Une bouteille dans la mer de Gaza de Valérie Zenatti: Ce roman constitué d’échanges de courriels entrecoupés de quelques chapitres qui montrent la réalité de la vie des deux protagonistes présente la vie des jeunes qui vivent au milieu du conflit israélo-palestinien. L’auteure utilise les souvenirs des deux adolescents pour revenir sur les événements des dernières années et offre ainsi au lecteur une vue d’ensemble.

 

 

 

 

Je pourrais passer des heures et des heures à vous dénicher et vous proposer des oeuvres traitant de ce sujet brûlant et émouvant. La lecture de ces oeuvres est une façon de se souvenir mais elle est loin d’être la seule. J’espère seulement que ces lectures bien qu’elles ne soient pas toujours agréables car les atrocités décrites et les souffrances vécues sont tellement fortes et poignantes, restent avant tout un message d’espoir et d’humanité et une façon de dire « merci ».


LaVaLab Editorials

  • Le livre, objet indispensable de l'été Le livre, objet indispensable de l'été Learn More
  • Gabriel Osson, artiste francophone Gabriel Osson, artiste francophone Learn More
  • MOSAIQUE, pour le plus grand plaisir des lecteurs francophones MOSAIQUE, pour le plus grand plaisir des lecteurs francophones Learn More
  • L'influence des écrivains afro-canadiens dans la littérature et la L'influence des écrivains afro-canadiens dans la littérature et la Learn More
  • Résolutions littéraires en 2016 ... Résolutions littéraires en 2016 ... Learn More
  • Pourquoi pas un livre? Pourquoi pas un livre? Learn More
  • Reading, A Way To Remember Read, a way to commemorate and remember the wars that were fought. Learn More
  • "La mort", thème récurrent dans la littérature "La mort", thème récurrent dans la littérature. Learn More
  • Giles Blunt: IFOA MARKHAM Interview Two-time winner of the Arthur Ellis Award for Best Novel and a recipient of the British Crime Writers’Macallan Silver Dagger. Learn More
  • Entering A Poem Bench & Books - Make it come to life. Learn More
  • Transition de l’été à l’automne : une rentrée littéraire foisonnante Passage de l'été à l'autome : une rentrée littéraire foisonnante ! Learn More
  • Transitioning The last glorious days of summer! Learn More
Visual Arts Literary Arts Explore LaVaLab Sign Up for Updates

Enter your email address and full name to receive updates.

Copyright 2014 LaVaLab. All rights reserved. Design by XI Digital